LA FERME UHARTIA : éLEVAGE TRADITIONNEL DE CANARDS FERMIERS



Un canard élevé en plein air, lentement, nourri avec des céréales non OGM de la ferme et transformé selon des recettes familiales, est la garantie de produits riches en goût.

 

 

Une Famille : La Famille Laxagueborde

 

Gérard et Marie-Laure Laxagueborde, nos parents, ont fait partis des précurseurs à croire et à implanter un l’élevage du canard au Pays Basque, dans les années 1979. Ils travaillaient alors pour des coopératives landaises. Ils ont décidé de se lancer dans la transformation fermière dans les années 1990. J’ai rejoint mes parents dans les années 1998 pour travailler avec ma mère à la transformation des canards ainsi qu’à leur commercialisation. Ma sœur Cathy, nous a rejoint en 2003 pour travailler avec mon père sur la partie agricole. Aujourd’hui, nos parents sont à la retraite et nous avons repris le flambeau accompagné de mon beau-frère Patrick et de 4 salariés à temps complets.

 

La famille Laxagueborde de la Ferme Uhartia

 

 

La ferme : historique

 

La ferme  « UHARTIA », en langue basque, est le nom de notre maison familiale construite à Barcus en 1759. Son nom qui se traduit « l’île » est dû aux cours d’eau qui passent de chaque côté de la maison. Les productions en place historiquement étaient les vaches et les brebis laitières propres à la région. En 1990, nous avons fait le choix de …

 

L’élevage traditionnel du canard : une passion

 

Les cannetons arrivent sur la ferme à un jour. Ce sont des canards « mulard », qui proviennent d’une souche traditionnelle à évolution lente et résistante qui ne nécessitent aucune vaccination.

Les canards passent 15 semaines en plein air dans des prairies verdoyantes où ils peuvent courir à leur gré et se reposer à l’ombre des arbres. Ce cadre de vie du Pays Basque, sain et tranquille, leur permet de donner le meilleur en termes de qualité gustative. Notre priorité est le bien-être animal afin qu’ils nous donnent le meilleur d’eux-mêmes.

 

Le gavage en parc traditionnel : l’authenticité

 

Nous continuons la méthode de gavage ancestrale qui consiste à gaver les canards en parcs traditionnels au sol et à les nourrir au maïs grain entier.

A l’âge de 15 semaines, les canards sont engraissés durant 13 jours matin et soir, pour donner le meilleur de leur foie gras.

Cette méthode permet aux canards d’être libres de leurs mouvements.

 

Le maïs  et le triticale de notre ferme : garanti non OGM

 

Nous cultivons 30 hectares de maïs ainsi que 5 ha de Triticale (blé) tout autour de notre ferme, selon l’agriculture raisonnée. Les fientes de canards sont l’engrais naturel principal que nous utilisons pour faire pousser les céréales. Nos terres argileuses, nous permettent de les cultiver sans aucun arrosage, en respectant la nature qui nous entoure.

 

La transformation de nos canards : saveur et goût

 

Nous transformons à la ferme, dans nos locaux aux normes CEE, les canards issus exclusivement de notre élevage. Après être abattus sur place, les canards vont être transformés suivant le savoir familial pour donner des produits fermiers traditionnels de qualité. Nous utilisons des recettes traditionnelles pour la confection de nos foies gras de canard, nos confits de canards, nos plats cuisinés, pâtés et rillettes qui sont garantis sans colorant, sans conservateur et sans additif.

Tout ce travail vous montre que nous faisons tout de A à Z du caneton de 1 jour au produit fini en respectant le bien-être animal, une alimentation saine, un équilibre avec la nature qui nous entoure. Nous sommes fiers aujourd’hui de pouvoir vous dire que nous faisons partie des derniers Producteurs fermiers Autarciques de canards du Sud-Ouest.

 

La crise aviaire : seconde année

 

Cela fait maintenant deux années consécutives que nous sommes contraints d’arrêter notre activité durant 3 mois à cause de décisions administratives. Ces deux virus H5N1 et H5N8 existent depuis toujours dans la faune sauvage. Aujourd’hui, la génétique des souches de canards étant tellement modifié par l’homme, que les canards peuvent en etre touchés. Nous avons eu la chance à La FERME UHARTIA que notre élevage soit épargné car nous travaillons avec des souches traditionnelles, vivons à l’écart d’élevage industriel et que nous travaillons en Autarcie sans aucun transport. Toute cette épizootie montre que nous sommes dans le vrai, et que nous devons continuer à nous battre pour qu’on nous laisse travailler de manière indépendante, en autarcie.

 

 


NEWSLETTER

- Tenez vous au courant des dernières actualités de la Ferme Uhartia -